Accessoires : les masques et les gants les plus efficaces pour lutter contre le Coronavirus ?

A l’heure actuelle, le monde entier se retrouve secoué et terrifié par le Coronavirus. La maladie a déjà tué plus de 53 000 individus. Près de 3 milliards de personnes sont contraintes de se confiner chez elles pour se protéger. Et s’il faut absolument sortir pour assouvir nos besoins primaires, des mesures strictes de protection et de prévention doivent être appliquées. Notamment, le port d’un masque et de gants. Ces accessoires sont recommandés dans le cadre d’urgence sanitaire et ne doivent pas vous freiner dans la façon de vous habiller ni même dans l’art et la manière de vous comporter, même si certaines situations sont plus délicates que d’autres.

Petit rappel concernant le Coronavirus

Le Coronavirus 2019 ou COVID-19 est une maladie infectieuse provoquée par un virus qui n’avait encore jamais été identifié chez l’être humain auparavant. Ce virus produit une maladie respiratoire dont les symptômes sont très proches de ceux de la grippe. Ils se manifestent par une toux sèche, une montée de fièvre et, dans les cas les plus sévères, une pneumonie ! Les moyens et les gestes-barrières les plus sûrs pour éviter d’être contaminé sont les suivants :

  • Lavage fréquent des mains à l’eau et au savon ou à l’aide d’une solution hydro-alcoolique
  • Ne pas se toucher le nez, les yeux et la bouche
  • Garder une distance d’au moins un mètre des personnes présentant les symptômes et même de tout individu
  • Eviter les rassemblements
  • Porter des masques et des gants
  • Se confiner chez soi

Masques FFP2 et les masques chirurgicaux pour se protéger du Coronavirus

Les masques de type FFP2 sont soumis aux normes européennes, américaines et chinoises, pour offrir un niveau de protection recommandé contre le coronavirus. Les masques jetables FFP2, également appelés « masques bec de canard », sont utilisables durant 8h et doivent être immédiatement jetés ou brûlés après cela. Ils doivent être parfaitement positionnés autour du nez et bien englober le menton. Ainsi, l’intégralité de l’air entrant est filtrée. Les masques chirurgicaux ou « masques 3 plis », quant à eux, sont conçus pour filtrer l’air à l’expiration et non à l’inspiration.

Portez un masque de protection quand vous sortez © Free to Use Sounds, Unsplash

Par conséquent, ces types de masques sont surtout recommandés aux personnes déjà infectées par le virus ou qui ont été exposées, afin d’empêcher les postillons de salive infectieux de se propager. Les masques chirurgicaux peuvent être portés 3h de suite maximum. Ils ne sont ni lavables ni réutilisables. Une personne saine doit donc se tourner vers des masques de protection de type FFP2.

Les masques FFP2 réutilisables

Les masques FFP2 réutilisables possèdent des cartouches filtrantes lavables et donc réutilisables. Ils épousent parfaitement la forme du visage et garantissent que l’ensemble de l’air sera bien filtré.

Les gants médicaux pour se protéger les mains

Il existe sur le marché pharmaceutique une large variété de gants médicaux qui sont aujourd’hui recommandés pour éviter que les mains soient infectées par le virus. Indispensables pour le corps médical, ils sont pour la plupart destinés à un usage unique. En voici quelques modèles. tout d’abord, le Pumoes 100 Pcs Gants en Nitrile Jetables sans Poudre : synthétisés à partir de caoutchouc nitrile durable avec résistance à la perforation, sans poudre, sans plastifiant, sans ingrédient protéique en latex. La conception du produit est proche de la sensation du latex naturel, avec plus de douceur et d’élasticité.

Ensuite, le MediHands est un gant en vinyle transparent sans poudre pour aliments, sans latex et protéines. Grâce à la méthode chimique de lissage de l’intérieur, ce gant est sans poudre et possède une manchette ambidextre et perle pour une protection anti-gouttes.

Aussi nous pouvons trouver la marque LCH – Gants Ambidextres Sensinyl Free sans latex et non poudrés conçus en vinyle et présentant une très bonne tolérance au contact des solutions hydro-alcooliques. Très souples, ils s’enfilent facilement et rapidement. Enfin, les Ansell Medical Micro-Touch Nitrile Gants d’Examen, sans latex, confortable et ajustable pour une protection contre le virus et les produits chimiques. La finition adhesive et la formulation non moussante assurent une préhension fiable en milieu sec comme en milieu humide.

Une fois prévenu sur les conseils et les équipements fondamentaux, il ne vous reste plus qu’à vous habiller et à vous parer comme un Gentleman.

Source image mise en avant: © Clay Banks, Unsplash.

Montre accessoire gentleman

L’histoire de la montre : accessoire fétiche du Gentleman

En 2020, afficher l’heure est la fonction la plus basique, présente sur tous les appareils technologiques. Il existe toutes sortes de moyen pour connaitre l’heure, la date et l’orientation. Mais cela n’empêche pas les montres d’orner les poignets et d’être omniprésentes dans les magasins de bijoux et d’accessoires. Retour sur l’histoire de la montre et des success strories des marques les plus emblématiques.

Remonter dans le temps avec l’histoire des montres

Les toutes premières montres portatives sont apparues vers le XVIe siècle. C’est à l’horloger allemand Peter Henlein que l’on doit la création du tout premier modèle en 1510. Cet inventeur conçut de très petites horloges auxquelles il souda un anneau sur le côté pour le transport  d’une seule main. Cela a permis aux aristocrates, principaux porteurs des montres, de les porter autour du coup comme un sautoir. Elles peuvent ainsi être portées en sautoir ou au bout d’une chaîne autour du cou. A peu près à la même période, des horlogers italiens ont aussi eu la même idée, mais cette fois, avec une petite horloge montée avec une fine chaîne à tenir dans les mains. La boîte des premières montres a longtemps été présentée sous une forme ovale, d’où le surnom d’œuf de Nuremberg, en honneur du premier homme à en avoir possédé une.

Au fil des années, la forme des montes portatives s’aplatit progressivement pour donner les montres à gousset. Plus tard, les montres portatives sont intégrées à un bracelet en cuir ou en métal. Elles  sont portées sur le poignet gauche, cadran en haut. Pendant longtemps, le port d’une monter à gousset était un signe de noblesse et de classe. C’était un signe infaillible de reconnaissance  d’un gentleman ou d’une personnalité importante. Agrémentées d’or, d’argent, de bronze ou incrustées de pierres précieuses, les montres furent des accessoires de luxe par excellence.

Montre Rolex

Montre Rolex © John Torcasio, Unsplash

Les principaux types de montres

Montre à gousset

Jusqu’au début du XXe siècle, le modèle de montre le plus répandu est la montre de poche ou montre à gousset. Le gousset est l’appellation de la petite poche en haut du gilet masculin spécialement prévue à cet usage. La montre est reliée au gilet par le biais d’une chaîne ou d’un cordon en tissu. De forme arrondie et légèrement bombée sur le dos, ces montres anciennes possèdent souvent un couvercle. Le remontoir et la molette de réglage se situent à « douze heures », dans l’anneau. Evidemment, ce type de montre est destiné à la gente masculine et souligne l’élégance de la classe noble. Mais au XVIIe siècle, des horlogers proposaient aussi, pour la clientèle féminine, des montres-pendentifs, de taille plus réduite.

Montre bracelet

Petites anecdotes concernant la montre bracelet. En 1571, le comte de Leicester offre un bracelet muni d’une petite montre à la reine Élisabeth Ire. En 1722, ce fut un artisan parisien qui fabriqua et commercialisa les premiers modèles de montres-bracelets, appelés comme tels. En 1790, Jaquet-Droz dessina et proposa aux bijoutiers de Genève des montres-bracelets. La première production en série remonte à 1880 par la firme Girard-Perregaux en France.

Une commande de 2 000 montres-bracelets munies d’une grille de protection fut destinée à l’armée impériale allemande. Des montres bracelets de fortune ont également été créées et vendues aux commerçants et riches paysans. Elles permettaient à l’utilisateur de consulter son « garde-temps » d’une manière plus rapide et plus pratique, tout en le rendant moins vulnérable aux chocs ou aux chutes. Au fil du temps, les remontoirs commencèrent à être placés à 3 heures. La Grande Guerre acheva la popularisation de la montre bracelet, qui ne cesse de se miniaturiser et de se perfectionner pour avoir des designs plaisants pour les femmes.

Les montres connectées en plein essor

En avril 2015, Apple révèle pour la première fois l’Apple Watch. Ce fut le coup d’envoi du marché des Smartwatches ou montres connectées proposées par les différentes marques en nouvelles technologies. Apple, Samsung et Fitbit sont les 3 leaders en conception de ces accessoires connectés. Un par un, ils créent de nouveaux modèles toujours plus attrayants et plus performants en terme de fonction et de connectivité. Le sport, qui était le premier attrait des montres-bracelets connectées, a laissé place au suivi sanitaire.

la Smartwatch où la nouvelle génération de montres © Luke Chesser, Unsplash

Ainsi, les Smartwatches font maintenant partie des équipements sportifs. Elles servent à mesurer la fréquence cardiaque, la vitesse, le nombre de calories brûlées… Elles intègrent même des programmes d’entrainement et peuvent faire office de coach sportif. Les montres connectées font l’objet d’améliorations technologiques continues (autonomie, paiement sans contact, ajout d’une carte SIM, plus de stockage…). La lecture d’empreinte des veines pourra même être possible sur les modèles du futur.

Les montres suisses pourquoi ont-elles toujours autant la côte ?

La Suisse produit environ 30 millions de montres par an. Mais ce nombre représente à peine 3% de la production annuelle mondiale. En revanche, le pays occupe plus de 50% du marché horloger mondial en terme de valeur. En effet, plus de 95% des montres vendues sur le marché européen sont produites en Suisse, selon les estimations. En fait, la marque suisse la plus connue est la Rolex, et  c’est aussi la plus vendue en suisse. Elle bat les records de qualité et de vente.

Signature du luxe par excellence, les montres Rolex s’affichent aux poignets des personnalités les plus célèbres : acteurs, chefs d’entreprise, artistes, hommes politiques… En 2015, le chiffre d’affaires de la marque atteint les 5 milliards de francs suisses. Elle devance de loin Omega et Cartier avec 2 milliards chacun. Contrôlé par la Fondation de la famille Wilsdorf, sa créatrice, Rolex peut maîtriser sa communication à sa guise, hors des règles de transparence boursière.

La célèbre marque Rolex, fondée en 1908 par Hans Wilsdorf reste aujourd’hui la figure la plus emblématique de l’horlogerie de luxe et de haute précision. Les montres Rolex sont réalisées à partir des meilleurs matériaux et sont assemblées avec une minutieuse attention en vérifiant le moindre petit détail. Chaque composant est conçu et produit en interne conformément aux normes les plus rigoureuses. Rolex propose un vaste choix de modèles allant des montres professionnelles aux montres classiques, pour hommes et pour femmes. Une montre Rolex doit présenter des qualités comme l’exactitude, l’étanchéité, la robustesse. Elle doit posséder un verre en diamant ou en verre minéral, et doit être antimagnétique.

La Rolex toujours en tête

Rolex a atteint son pic de production à la fin des années 60, avec près de 90.000 employés dans 1500 usines. Au début des années 70, la montée des montres à quartz asiatiques a bouleversé le marché et a plongé l’horlogerie suisse dans une crise importante. Au milieu des années 80, on ne comptait plus que 30.000 employés dans les 500 à 600 firmes qui ont tenu bon. Mais dans les années 2000, l’horlogerie suisse a été relancée grâce à la production des modèles de montres Swatch. Soutenu par l’intérêt manifesté pour les modèles de luxe, notamment dans les pays émergents, Rolex a quand même réussi à atteindre les 22 milliards de francs d’exportation, en 2014.

Source image mise en avant: Jonathan Francisca, Unsplash.